POPULARITÉ
2

La Petite Histoire de la saison : "Le bocage du Champsaur : la biodiversité, bénéficiaire collatéral !"

Éditer
Publié dans
le 02.01.19
054464_hd

Gilles Pipien, administrateur bénévole à Humanité et Biodiversité, participe à la rédaction de chaque numéro de l'Echo, notre magazine trimestriel destiné à nos adhérents. A travers ses Petites Histoires, il nous partage son regard sur la nature et les territoires de France.

La route Napoléon part de la Méditerranée et remonte par Digne-les-bains et Gap vers Grenoble. Juste après Gap, elle monte en quelques lacets vers un étonnant plateau de collines, entre deux rives de montagnes : nous voici dans un cœur méconnu des Alpes, le bocage du Champsaur, un des derniers et des plus vastes bocages de montagne. Dans ce couloir glaciaire, passent le vent, l’eau et les humains depuis si longtemps. Pour permettre à ces derniers de vivre ici, il fallait bien arrêter les deux premiers.

Transformation du paysage au cours des siècles

Depuis longtemps, mais à chaque époque avec ses us et coutumes, les « Champsaurains » ont épierré, et donc mis les cailloux au bord de champs dégagés, ont planté sur ces clapiers et murets, ou laissé pousser les espèces locales, ont creusé des canaux pour guider l’eau d’arrosage, ou, en aval, mieux drainer. Que de labeur, que d’efforts nécessairement collectifs. Mais en retour moins de bise du nord, dans ce pays à 1 000 m d’altitude où il gèle 150 jours par an.

À la fin du XIXème siècle, le plateau est bien plein, avec des milliers d’habitants sur plus de 100 km², et toutes les forêts des pentes ont disparu. Alors, le ruissellement est maximal, et de mémorables crues du Drac dévastent tout, avant que les ingénieurs des eaux et forêts reprennent les terres et replantent (dans un contexte de tensions fortes avec les populations locales). Mais, dans les collines, chaque mêtre-carré est utilisé pour l’élevage, mais aussi pour les cultures et vergers. Les parcelles sont petites, avec des doubles haies qui encadrent les canaux et chemins.

Le bocage, un mode de vie

Des haies étagées avec des frênes, coupés régulièrement en têtard, des arbustes, puis de grandes herbacées : tout un monde. Et un monde fort productif : les feuilles complètent le fourrage des bêtes, les bois donnent de belles planches pour les meubles, ou de belles bûches de chauffe, les fagots servant au four ou pour tresser paniers et chaises, et que dire des baies pour goûters et confitures, sans parler des petits gibiers qui s’y cachent. Vous dirais-je tous les bienfaits de ces haies si fonctionnelles, et si belles dans le paysage qu’elles sculptent : effet brise-vent, effet d’ombre, effet de continentalité (apport d’une quantité d'eau plus importante pour les végétaux), effet anti-érosion, effet épurateur, limite de propriété et clôture des prés et champs, et tant et tant d’autres encore.


Entretiens des canaux, au milieu d’une double haie, par un collectif d’agriculteurs / photo Nicolas Bernard, Parc national des Écrins

Alors, même après les grands remembrements des années 1970, puis ceux mieux étudiés via une opération globale d’aménagement foncier prenant en compte les fonctions des haies, les derniers exploitants tiennent à entretenir le bocage, car il leur est utile. En fait, le bocage est un mode de vie, un ensemble de pratiques sociales : un socio-écosystème.

L’apport des haies pour la biodiversité

Et la biodiversité ? Elle en est la conséquence : tout d’abord avec plus de 70 espèces d’arbres et arbustes (frênes, épines-vinettes, érables champêtres, peupliers et trembles, chênes, aubépines, sureaux, etc.), plus encore d’herbacées (au moins 250 espèces!), de graminées, de fleurs (comme la mercuriale ou la violette), d’oiseaux (plus de 180 espèces dont 80 nicheuses, avec le pipit des arbres, le bruant jaune, le traquet tarier, etc.), des mammifères, des reptiles et batraciens, des insectes, etc. En fait, une biodiversité pas si rare, mais si abondante et variée. D’ailleurs, la présence d’une faune prédatrice au sein des haies permet de limiter les ravageurs des cultures dans les champs et prés : encore un bienfait pour les agriculteurs.

Vous ai-je parlé des multiples espèces appétissantes pour notre bétail : le géranium des bois, espèce de bonne valeur fourragère, présente dans les zones fraîches ; le sainfoin, en sus très mellifère ; la gesse des prés, plutôt appréciée l’hiver en fourrage sec ; le lotier corniculé, à fort pouvoir antioxydant favorable à la bonne santé du troupeau… Les belles prairies fleuries sont très bonnes à brouter et ruminer, et donc pour nos assiettes goûteuses. Vous comprenez pourquoi c’est la chambre d’agriculture qui a financé le sentier de découverte du bocage.

Quel avenir pour le bocage de Champsaur ?

Le premier ennemi du bocage, et donc de la biodiversité, est d’abord la déprise agricole, avec l’exode rural massif depuis l’après-guerre. Il ne reste plus que quelques dizaines d’exploitations, que la mécanisation soutenue par une fiscalité avantageuse n’aide pas vraiment, là où les charges sociales pèsent sur l’embauche de bras. L’éco-tourisme reste encore timide, au-delà du touriste qui se précipite plutôt vers les stations de skis comme Orcières (qui offrent cependant des compléments de revenus aux agriculteurs qui se font saisonniers). Quelques résidences secondaires sont venues, mais en s’entourant de clôtures en troènes ou thuyas, les pépinières alentours n’offrant pas les espèces locales ! Et pourtant, que la montagne est belle, quand l’automne vient d’arriver... Le Parc National des Écrins et la Chambre d’agriculture collaborent pour mettre en place toutes les mesures possibles d’accompagnement agri-environnementales. Mais, les vergers se meurent, le bocage se ferme. C’est le retrait de la présence et de l’activité humaine qui va réduire la biodiversité.

Alors, comme moi, montez-vous y promener, ne passez pas avec vos skis sur le toit, en trombe vers le blanc : le vert nous va si bien.

En savoir plus :
• Le site du Parc national des Ecrins : http://www.ecrins-parcnational.fr/secteur/champsaur-0
• Le sentier du bocage : http://www.champsaur-valgaudemar.com/fr/ete/randonnee/sentiers-decouvertes/selection/20257/fiche/sentier-du-bocage.html
• L’Ardéchois vous conseille la flore des prairies de son Mezenc : https://fr.calameo.com/books/0005641490f69d0f81e7b


Pour recevoir l'Echo et découvrir les nouvelles Petites Histoires de Gilles Pipien, adhérez à Humanité et Biodiversité !

Cette Petite Histoire est à retrouver dans l'Echo n°114 (hiver 2018/2019), dossier spécial "Biodiversité et énergie : des interactions souvent oubliées".
Echo n°114 - Hivers 2018-2019


Les Petites Histoires :

Commentaires

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 795802
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 366248
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 156080
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 221085
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43641
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 293734

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy