POPULARITÉ
65

Projet de loi de finances 2021 : la biodiversité, encore la grande oubliée !

Éditer
Publié dans
le 01.10.20
Finance-4518404_1920

Le projet de loi de finance (PLF) est entré en discussion à l’Assemblée Nationale le 28 septembre 2020. Humanité et Biodiversité salue les efforts faits par le Gouvernement en termes de transition écologique mais déplore le manque d’initiative en matière de protection de la biodiversité.

Les actions prises ne sont pas à la hauteur des intentions portées par la loi du 16 aout 2016, du plan biodiversité de 2018, de la stratégie nationale pour la biodiversité, de certaines propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat et de la problématique croissante de la perte de biodiversité. Deux aspects sont à souligner : la faible présence de la biodiversité dans ce projet de loi de finance, et le manque d’ambition relative au seul article qui la concerne.

La biodiversité, la grande oubliée du projet de loi de finance

Humanité et Biodiversité regrette qu’après un plan de relance très succinct sur la protection de la biodiversité, le PLF 2021 n’ait pas saisi l’occasion de remettre la protection du vivant à sa juste place. La protection de la biodiversité n’est abordée qu’au travers de la lutte contre l’artificialisation avec des mesures peu ambitieuses : un fond permettant de réhabiliter 10% seulement des friches existantes, proposition reprise du plan de relance, et un article 43 prévoyant une modulation frileuse de la taxe d’aménagement. La mise en place de contreparties favorables à la biodiversité en échange des aides aux entreprises, la suppression d’aides et niches fiscales néfastes à la biodiversité, la mise en place de véritables outils fiscaux afin de lutter contre l’artificialisation des sols et d’atteindre le zéro artificialisation nette… Autant de propositions qui ont été passées sous silence, quand dans le même temps 1,4 milliards d’euros (PTZ et PINEL) sont orientés vers des dispositifs défavorables à la protection de nos sols.

En réalité, la lutte pour la protection du vivant dans le monde d’après ressemble beaucoup à celle dans le monde d’avant.

Un seul article et peu d’ambition

L’article 43 du projet de loi vient porter modification de l’article L.331-3 du code de l’urbanisme relatif à la taxe d’aménagement. Cette proposition vient moduler cette taxe en étendant la capacité d’affectation de la part départementale de la taxe au financement d’opérations de renaturation de friches urbaines, en exonérant les parkings intégrés au bâti hors extension latérale, et en assouplissant la capacité de modulation du taux de la taxe pour ses parts communales et intercommunales. La part départementale de la taxe d'aménagement était jusqu’alors dédiée au financement de la politique « espaces naturels sensibles » des départements, l’avenir et le fléchage des moyens ont largement perdu en visibilité. Si prévoir des modalités de financement pour la renaturation est positif il ne faut pas que cela soit au détriment d’une autre politique environnementale.

Par ailleurs, cette mesure malgré sa bonne intention, et son arrimage relatif aux conclusions du Comité pour l'Economie Verte, n'est pas à la hauteur de l'enjeu car elle n'opère ni une modulation de la taxe d'aménagement ambitieuse, ni ne permet d'entamer la transformation des autres vecteurs fiscaux pertinents : taxe foncière, taxation des bureaux et logements vacants, taxation du patrimoine immobilier, tous vecteurs fiscaux restant dépourvus d’ingrédient incitatif et de dimension écologique.

L’heure n’est plus à la politique des petits pas mais à celles des grandes décisions

Afin de réellement atteindre le zéro artificialisation nette et le zéro perte de biodiversité nette, Humanité et Biodiversité propose la mise en oeuvre de différents outils fiscaux. Entre autres, la suppression de l’abattement de 50% de la taxe d’aménagement pour certains aménagements néfastes pour la biodiversité, la suppression des subventions et dispositions fiscales à la construction dans les espaces protégés, la réorientation du dispositif Pinel pour l’orienter vers des constructions collectives et non plus individuelles, l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés non bâties pour les zones humides et l’abattement des droits d’enregistrement et de publicité foncière pour l’acquéreur s’engageant à la rénovation d’un logement ancien. Autant d’outils qui permettraient réellement de passer de l’intention à l’action !

On ne peut plus se contenter de déclarations d’engagement. Nous avons besoin, sans attendre, de passer d’une politique de l’intention à une politique de l’action !

« En approuvant cet engagement pour la nature, nous ne nous contentons pas de mots, mais nous nous engageons à prendre des mesures significatives et à nous rendre mutuellement responsables pour faire face à l'urgence planétaire. » - Déclaration du 29 septembre 2020 « 60 leaders mondiaux s’engagent à mettre fin à la perte de la biodiversité d’ici 2030 »

Humanité et Biodiversité demande au gouvernement et aux parlementaires de reprendre les propositions faites par l’association afin d’être à la hauteur des enjeux en termes de protection de la biodiversité.

Commentaires

1
2020-10-03 00:43:27 +0200

Et si "les déclarations d'intentions" aujourd'hui oeuvre de "com", entrainaient une responsabilité pénale en propre?

1

0
2020-10-03 18:53:24 +0200

C'étéit à prévoir..ils ne tiennent jamais parole ils courtisent obtiennent et oublient .Le bateau France prend l'eau de toute part et à force d'utiliser la caisse à outils la boîte à pansements et les vieilles ficelles du vieux monde les marionnettes sont désarticulées ingouvernées donc ingouvernables . Beaucoup de gens malheureusement ne pensent qu' à une seule chose vitale manger.. demain le défilé risque d'être de grande ampleur .Alors au final qu'elle est l'urgence...? A avoir trop attendu ,je pense que nous sommes dans le tout urgent et les urgences sont débordées...

0

0
2020-10-05 19:50:48 +0200

En 2020, les destructions engendrées par l’Homme depuis 50 ans sur la VIE et L’ENVIRONNEMENT, sont aussi dramatiques au niveau mondial que toutes les horreurs des siècles passés.
Il faut AGIR, ouvrir les yeux, être réaliste, réfléchis, tous unis par un souci de respect et de partage de la vie, savoir raison garder et orienter l’économie et la société sur un même chemin de Liberté, sans excès ni violence.
L'action courageuse de chacun semble être la plus pertinente concernant la biodiversité. Devant l'attitude et l'action d'une majorité de citoyens, l'état devra suivre.

0

À propos de l'auteur

Humanité et Biodiversité, est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, agréée au titre de la protection de la nature. . Elle est actuellement présidée par Bernard Chevassus-au-Louis, et Hubert Reeves est devenu son actif président d'honneur. . Humanité et Biodiversité mène une action de plaidoyer et d'influence pour faire émerger dans la société les défis posés par l’éro...

Réputation
Découvrir la biodiversité #1f6929 decouvrir-la-biodiversite 790398
Patrimoine naturel #81A23E patrimoine-naturel 366593
Ménagement du Territoire #D05D10 menagement-du-territoire 154609
Cadres institutionnels #B36281 cadres-institutionnels 220165
Économie et Biodiversité #723DC4 economie-et-biodiversite 43568
Transition écologique #168DBE transition-ecologique 292262

Ses derniers articles

Powered_by_tinkuy