La pollution de l'air coûte cher au système de santé français

- 6 +
Air3493853_7_320d_a-lestrem-dans-le-nord-est-de-la-fance-le-16_c68e299b9e57362fc5316a255e3bcca1

Asthme, bronchites, cancers... la pollution de l'air coûte de 0,7 à 1, 7 milliard d'euros par an au système de soins en France, selon un document daté d'octobre du Commissariat général au développement durable (CGDD). "Les montants en jeu ne sont pas négligeables" et "peuvent venir appuyer utilement les démarches (...) de protection et d'amélioration de la qualité de l'air", souligne l'organisme. Par comparaison, le tabac coûte 18,3 milliards d'euros, d'après le Comité national contre le tabagisme.

Lire : "La pollution atmosphérique reste massive en Ile-de-France"

L'asthme, avec de 400 000 à 1 400 000 nouveaux cas par an attribuables à la pollution, est "l'exposition chronique qui est globalement la plus préjudiciable en termes d'impact sanitaire"', avec un coût total situé entre 335 000 et 1,1 milliard d'euros. Suivent les bronchites aiguës (950 000 nouveaux cas), les bronchites chroniques (134 000 cas), et les broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO, entre 26 000 et 39 500 cas).

Le CGDD compte également les nombreuses hospitalisations pour traiter des difficultés respiratoires, circulatoires ou cardiaques (33 500 cas). Le nombre de cancers des voies respiratoires est, lui, "beaucoup moins" important avec entre 1 684 et 4 400 nouveaux malades par an. Mais "le coût total reste élevé, entre 53 millions et 138 millions d'euros, compte tenu des coûts de protocole de soins et des longues durées d'arrêt de travail du patient".

ESTIMATION MINIMALE

"C'est la première fois qu'on obtient des résultats aussi complets sur le périmètre de ces coûts tangibles et les montants obtenus sont supérieurs à ceux des études existantes", souligne le CGDD, précisant qu'il ne s'agit que d'une estimation "minimale" sans prendre en compte les examens complémentaires en dehors du circuit hospitalier, ni les suites de maladies sur plusieurs années.

S'intéressant en particulier aux particules, PM 10 (d'un diamètre inférieur à 10 microns) et PM 2,5 (moins de 2,5 microns), le CGDD rappelle que ces dernières sont jugées responsables de 42 000 décès depuis 2000. Selon un autre calcul prenant en compte la mortalité (décès, années de vie perdues), la morbidité (admissions hospitalières, journées d'activité restreinte...), mais aussi les pertes économiques du fait des arrêts de travail, "les coûts liés à la perte de bien-être", ou encore "la restriction des activités de loisir", le coût de cette pollution est estimé entre 20 à 30 milliards pour la collectivité.

Les principaux polluants atmosphériques en France sont les particules, mais aussi le dioxyde de soufre, les oxydes d'azote, les composés organiques volatiles (tel le benzène), et des métaux comme le plomb. En zone urbaine, ils sont principalement émis par les transports routiers (notamment utilisant le diesel) et des bâtiments (chauffage, production d'eau chaude...). Un adulte inspire en moyenne chaque jour 12 000 litres d'air.

Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/10/10/la-pollution-de-l-air-coute-cher-au-systeme-de-sante-francais_3493852_3244.html

Commentaires

Wp_009069
- 1 +
Sylvie Verbois le 13 octobre 2013 11:24:12
Sans oublier le développement inquiétant de cancer du poumon chez des personnes ayant une bonne hygiène (non fumeurs, alimentation saine, etc...). J'ai connu (hélas) plusieurs cas parmi mes proches ces dernières années...
424904_10150677883569063_584644062_9256759_861979141_n
- 3 +
Nelly le 13 octobre 2013 08:19:49
La pollution de l'air affecte la santé des humains. C'est documenté.
La pollution de l'air affecte la santé de la biodiversité.
Un exemple avec le "mauvais ozone", celui que l'activité humaine produit:
"L'ozone est un polluant atmosphérique dont la concentration augmente régulièrement dans la basse atmosphère (troposphère). Contrairement à ses effets sur la santé humaine, qui commencent à être connus du grand public, ses effets sur la santé des plantes sont encore assez peu médiatisés. Pourtant, tout comme les animaux, les végétaux sont sensibles aux propriétés oxydantes de ce polluant.
http://www.airparif.asso.fr/pollution/effets-de-la-pollution-vegetation
Rejoignez la communauté ou connectez vous pour pouvoir commenter